La soie au bout des doigts ****

Publié le par Mireille

soie.jpgundefined





Ardèche, 1848. La vie à la fabrique de soie est difficile pour les en
fants. Armance, 13 ans, est une bonne ouvrière, mais elle rêve de quitter l'usine et d'apprendre à lire et à écrire. Son père s'y oppose. D'ailleurs, il s'oppose à tout et ne cesse de la gronder. Qu'a-t-il donc à lui reprocher?


Un très beau roman avec, comme arrière-plan historique, l'exploitation de jeunes enfants dans les fabriques de soie au XIX° s.: 17 heures de travail par jour l'été, un peu moins l'hiver. Les patrons ne respectent pas toujours l'âge légal de 10 ans et ne paient pas forcément leurs ouvrières qui travaillent dans des conditions parfois insalubres. L'atmophère chaude et humide des ateliers pour éviter les cassures du fil de soie est un nid pour la tuberculose!

Mais ne croyez pas qu'il s'agit d'un roman triste! Au contraire, ce roman est un message d'espoir. L'héroïne Armance est une fille courageuse et volontaire qui n'a pas peur du travail et qui veut s'instruire et cette volonté la conduira au bonheur.

La soie au bout des doigts d'Anne-Marie Desplat-Duc
Hachette Jeunesse (Le Livre de Poche Jeunesse), 2003
ISBN 2-01-321964-4

 


Pour aller plus loin, voir le site
d'Anne-Marie Desplat-Duc

Publié dans Jeunesse 12 ans et +

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gambadou 21/03/2008 09:11

je note tout de suite. J'aime beaucoup les lectures ou, en plus de la passion de lire, on apprend l'histoire...

Nanne 17/03/2008 21:45

J'aime ce genre de livres pour enfants qui racontent la vie d'autrefois avec ses difficultés, tout en gardant l'espoir d'une vie meilleure. Cela change de la lecture des ouvrages pour adulte, parfois très dure et éprouvante !!!

Karine 14/03/2008 18:16

Au début du billet, je craignais que ce soit une larmoyante histoire sans espoir... mais tu me rassures! Peut-être, donc!

Mireille 14/03/2008 18:24

J'avais déjà lu ce roman il y a quelques années et en rangeant les rayons ce matin, j'ai eu envie de le relire. Et j'ai ressenti le même plaisir qu'à la première lecture.