Joyeux ornithorinque *

Publié le par Mireille

ornithorinque



Le 4 juin, chez nous, la seule chose à faire, c'est de se faire tout petit, très petit, et d'attendre que le 5 arrive. Parce que le 4 juin, c'est l'anniversaire de maman. Et quand c'est l'anniversaire de maman, c'est sauve-qui-peut pour le reste de la famille..."


La narratrice Mado, douze ans, explique dans la première partie du roman pourquoi tous les 4 juin, c'est l'enfer! C'est en effet l'anniversaire de sa mère qui déteste qu'on le lui rappelle en lui faisant des cadeaux. Pourtant, le père et les deux filles se croient obligés de céder à la tradition et continuent à se creuser la tête pour offrir un cadeau qui pourrait enfin lui plaire. En outre, ils ont choisi de remplacer le mot "anniversaire" par "ornithorinque" pour éviter de la fâcher. Et pour fêter ce "quarantième ornithorinque", le père propose de prendre la direction de Saint-Sébastien en Espagne avec le vieux Combi. Mais une crevaison va contraindre la famille à stopper sur le bord de la route jusqu'à ce qu'un automobiliste, au volant d'un autre Combi, s'arrête à son tour pour les dépanner....


Mon avis:
Le premier roman de Cécile Chartre se lit très rapidement. L'histoire plaira sans doute aux jeunes lecteurs qui la trouveront drôle et sans doute émouvante. Mais, contrairement à certaines critiques lues sur la blogosphère, je n'ai pas trouvé cette histoire émouvante. Il y a beaucoup de clichés.
De plus, le style relève trop du langage parlé même si ça peut se justifier par la narration à la 1ère personne. Par exemple, le mot "pourrite" revient je ne sais combien de fois! Pourquoi ne pas orthographier le mot correctement? Pour que les jeunes lecteurs s'identifient au personnage? Jeunisme ou démagogie?


Joyeux ornithorinque
Chartre, Cécile
Ed. du Rouergue (DacODac), 2009
ISBN 978-2-8126-0066-1

Publié dans Jeunesse 8 - 12 ans

Commenter cet article