L'ombre d'un capitaine **

Publié le par Mireille


Continuant à piocher dans ma PAL, j'ai ressorti un roman de Frédérique Traverso que j'avais rencontrée à la Fête du Livre de Saint-Etienne en 2004.



Eté 1930, dans le pays de Caux.

En cette journée ensoleillée, Ariane Delassalle n'a guère envie de se rendre au mariage de son amie Agnès de Louvigny, car il lui rappelle le sien, quelques années plus tôt, avec le fils d'un grand industriel, propriétaire d'une sucrerie. Tout d'abord très heureux, ce mariage s'est mis à battre de l'aile par défaut d'enfant. Ariane souffre beaucoup de cette situation et son désir de procréer devient obsessionnel. Elle ne supporte pas l'idée qu'elle puisse être stérile et se demande si son mari, lui, ne le serait pas. Au cours de cette journée, elle se donnera à deux hommes, et s'enfuira définitivement avec un troisième, après avoir eu la preuve à la fois de l'infidélité et de la "fécondité" de son mari.



Pour cette jeune femme, la procréation signifie bien sûr l'accomplissement de son destin de femme, mais ne serait-ce pas non plus la volonté (inconsciente?)d'apporter de la vie dans un monde encore hanté par la guerre et la mort?


Un beau roman malgré quelques longueurs.






L'ombre d'un capitaine

Traverso, Frédérique

Le Rocher (Grands romans), 2003 (240 p.)

ISBN 9782268045313

Commenter cet article

Gambadou 02/03/2009 21:11

moi qui ai du mal à me concentrer en ce moment, les longueurs me font peur !

Mireille 03/03/2009 08:15


@ toutes: c'est surtout le chapitre concernant le récit de guerre que j'ai trouvé long! Certes, il est important pour l'intrigue, mais quand même un peu trop long pour
moi.


Marianne 02/03/2009 14:40

C'est la manière dont l'auteur s'y prend pour traiter le retournement de situation qui m'attirerait vivement dans ce livre que tu présentes ici.

Florinette 23/02/2009 15:01

Je ne connaissais pas du tout, mais les longueurs me rebutent toujours !