La Figuière en héritage ***

Publié le par Mireille


4ème de couverture:


Abandonnée à la naissance, placée dans une famille d'agriculteurs ardéchois, Mélanie vit une enfance douloureuse avant de partir pour Valréas. Là, elle est recueillie par une cartonnière, Sylvine, qui tente de lui faire oublier son passé et lui apprend son métier. Mais sa rencontre avec Alexis, le fils d'un garancier du Vaucluse reconverti dans la production d'absinthe, va bouleverser sa vie. La "dame verte " est à cette époque la boisson nationale.

La jeune femme va dès lors consacrer toute son énergie à la distillerie, sans jamais oublier son passé d'enfant de l'Assistance. Entre amours contrariées et drames familiaux, dans une Provence riche de traditions, Mélanie cherche sa voie et son indépendance.

 

 

De 1860 au début du XX° s., Françoise Bourdon nous raconte, dans son dernier roman, le destin tragique de Mélanie, des cartonnages de Valréas à la distillation de l'absinthe.


Comme dans Les Chemins de garance, l'héroïne est une femme de caractère, endurcie par son enfance malheureuse et tourmentée par les vicissitudes de la vie. Même dans les périodes heureuses chez sa mère adoptive à Valréas, au temps de l'âge d'or des cartonnages, ou au domaine de La Figuière, elle a des difficultés à profiter des instants de bonheur, car elle reste hantée par l'origine inconnue de sa naissance et les rumeurs qui ne cessent de circuler même après son mariage.


Au fil des pages, on est emporté par le destin de cette femme digne héritière de la distillerie Gauthier. C'est en effet l'époque où la « fée verte » connait son apogée avant d'être interdite dans de nombreux pays (en France le 16 mars 1915) suite à une campagne des ligues antialcooliques, des syndicats, des curés, des médecins et de la presse qui se mobilisent contre l'absinthe qui rend fou.


L'histoire de l'absinthe joue un rôle important dans ce roman, ainsi que les activités du Félibrige, association fondée en mai 1854 sous le patronnage de Sainte-Estelle par sept jeunes poètes dont Frédéric Mistral. Ce que j'apprécie chez Françoise Bourdon, c'est sa façon de raconter une belle histoire en y introduisant un arrière-plan historique sans aucun artifice.


Une grande leçon de vie et un bon moment de lecture!


C'est Martine qui m'a fait découvrir cette auteure.

 

La Figuière en héritage
Bourdon, Françoise
Presses de la Cité (Terres de France), 2008
ISBN 978-2-258-07400-2

Publié dans Romans du terroir

Commenter cet article

La liseuse 29/06/2008 18:27

J'aime bien les romans terroir. Je note celui-ci. De Françoise Bourdon, j'ai lu "le bois de lune" http://au.fil.de.mes.lectures.over-blog.fr/10-categorie-10032224.html Une belle histoire dans les Ardennes.

Mireille 30/06/2008 08:22


Je trouve que Françoise Bourdon est une excellente auteure. Je suis en train de lire un roman d'Hervé Jaouen que je ne connaissais pas et je trouve qu'il n'est pas
aussi capable de captiver son lectorat.


Martine Galati 22/06/2008 18:10

Je suis vraiment ravie que tu apprécies cette auteur! Je dois la rencontrer en juillet pour faire son portrait et, si tu es d'accord, je lui montrerai to,n billet! Merci pour ton avis! Bonne fin de journée! Martine

Mireille 22/06/2008 18:25


Tout à fait d'accord, tu peux lui montrer mon billet: c'est vraiment une chance de la rencontrer!