Taille 42 de Malika Ferdjoukh et Charles Pollak ***

Publié le par Mireille

  taille42.jpg
Les Pollak sont une famille juive qui a dû s'expatrier de Hongrie pour échapper à l'émergence de l'antisémitisme dans les Balkans. Le père, Eugène, est tailleur à Paris, spécialisé dans les gilets. Ils habitent un petit appartement à Belleville, puis à Montmartre. Charles est le seul des quatre enfants à être né à Paris, en 1928, six ans après l'arrivée de sa famille en France.

En 1939, un mois après la déclaration de guerre, il est envoyé avec son frère André, de dix-huit mois son aîné, à Villers-sur-Mer. Il obtient son certificat d'études en juin 1940 et rentre à Paris. Son diplôme en poche, il ne veut pas retourner à l'école Lucien-de-Hirsch et préfère se consacrer au métier familial: la couture. Ce retour dans la capitale signifiera pour lui « la fin de l'insouciance ».
La persécussion des Juifs devenant de plus en plus menaçante, la famille émigre dans un village en baie de Somme, à Feuquières-en-Vimeu. Là-bas, ils vont tous devoir « oublier » qu'ils sont de confession juive, d'autant plus que leur nouvel appartement se trouve face à la Kommandantur. Grâce au secrétaire de mairie, Mr Lagneau, Eugène va réussir à obtenir pour sa famille des papiers d'identité sans la mention « Juif ». Et grâce à son talent de couturier, il va se faire une renommée dans ce village où ils vont vivre les moments les plus durs de la Guerre.
En 1948, Charles rentre à Paris: son ancienne école a été rafflée, ses anciens camarades et professeurs ne sont pas revenus !
 
Un témoignage de Charles Pollak admirablement retranscris par Malika Ferdjoukh, avec son style bien à elle, toujours plein d'humour et de subtilités. Au fil des pages, on perçoit l'importance de la famille, qui est restée très soudée et a su renoncer à beaucoup de choses -dont la pratique de leur religion- pour ne pas se faire remarquer, et les actes de Résistance de la population picarde. 

Un roman à lire et à faire lire par tous !
 
« Longtemps, nous nous sommes demandé pourquoi nous n'avions pas été dénoncés... Aujourd'hui, cela me paraît stupéfiant. Le village savait-il qui nous étions, et pourquoi nous étions là? Probablement. Ceux qui avaient deviné n'ont rien dit. Ceux qui ne savaient rien n'ont pas posé de questions. » (p. 262) 
 
Ecole des Loisirs (Medium), 2007

Publié dans Jeunesse 12 ans et +

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gachucha 24/11/2007 15:13

Je note ! J'aime l'auteure et la collection !

Mireille 24/11/2007 15:49

Moi aussi, j'aime bien Malika Ferdjoukh. J'apprécie son style.

Florinette 22/11/2007 17:40

Oh il me tente bien ce petit livre jeunesse, je vais voir si je peux le trouver à la bibliothèque !!

Mireille 22/11/2007 20:11

Tu passeras un bon moment !